«

»

Prévisions : des milliers de morts en France, par l’ammoniac

Alerte particules fines

Les armes tuent, le tabac tue, l’alcool, la route, le désespoir, les émissions des voitures, les comportements à risque, tous tuent, trop de sucre tue aussi, et tout cela n’est pas une fatalité. Et l’ammoniac tue. Le laxisme des gouvernants et des autorités “compétentes” n’est pas anodin.

La pollution de l’air est une nébuleuse à réactions chimiques. Les particules fines secondaires se forment à partir de précurseurs : oxydes d’azote (NOx), provenant de la combustion (notamment des transports), soufre (SO²) et ammoniac (NH3). L’ammoniac est à 97 % d’origine agricole, et à 77 % issu de l’élevage (voyez à ce propos l’article de fond http://collectifpleinair.eu/themes/sante/ammoniac-particules-fines-et-sante/).

Il s’agit de pollution diffuse, transportée à distance, y compris transfrontalière. D’où l’intérêt de définir, au niveau européen, des obligations réglementaires pour réduire les tonnages qui sont émis. Au moyen de la directive NEC (National Emissions Ceilings), en cours de révision, qui doit chiffrer les objectifs à atteindre. Les discussions devraient être finalisées cet été.

Des calculs, basés sur les données statistiques actuellement disponibles, permettent d’évaluer les décès prématurés en raison de la pollution atmosphérique et en particulier des particules fines. Il est possible d’évaluer le nombre de vies qui seraient épargnées, si la pollution diminuait. La réduction des émissions d’ammoniac est l’un des enjeux pour réduire ces morts précoces à cause des particules fines. À noter qu’il n’y a pas seulement mortalité, mais aussi morbidité (respiratoire, cardio-vasculaire, et cancéreuse).

Le Bureau Européen de l’Environnement (BEE) a suivi les calculs des institutions européennes. Il sonne l’alerte: « La France et l’Allemagne, par exemple, semblent préoccupées par la protection, plutôt que de leurs citoyens, d’une agriculture industrielle à grande échelle, qui produit des émissions élevées d’ammoniac et pourrait entraîner la mort de 30 000 personnes. »

http://www.eeb.org/index.cfm/news-events/news/analysis-over-100-000-eu-citizens-could-die-because-of-member-states-push-for-weaker-air-quality-laws/

En effet, en 2012, 403 000 décès prématurés sont attribués à la pollution par les particules fines au sein de l’Union européenne, dont 43 400 en France. D’ici 2030, d’après les prévisions, il y aura 4,3 millions de décès prématurés dans l’UE. Selon les scénarios, explique le BEE, l’affaiblissement des objectifs de la Commission européenne pour la qualité de l’air, suite aux pressions d’États membres et du lobby agro-industriel, aboutirait à 130 000 morts supplémentaires, dont 30 000 seraient dus au laisser aller en matière d’émissions d’ammoniac, comme le réclame le lobby agricole. L’Italie, l’Espagne, la France et le Royaume-Uni notamment, poussent à des objectifs entraînant davantage de morts. Les propositions françaises entraîneraient environ 8 500 morts supplémentaires en France d’ici 2030, et la majorité — environ 83 % — serait en lien avec des normes laxistes concernant l’ammoniac[1].

http://www.eeb.org/index.cfm?LinkServID=B8BEB115-5056-B741-DBB60016C5D1F28D

Polluer pour une idéologie

Quant à l’ammoniac issu des élevages, 67 % provient de l’élevage bovin, 15 % des volailles, et 10 % des porcs. Quant aux bovins, le levier de réduction le plus simple et naturel est le pâturage : rallonger les périodes de pâturage, et préserver les pratiques de pâturage existantes. Ce qui interpelle fortement sur le mode de production laitière en zéro pâturage, et l’engraissement intensif des jeunes bovins.

Quant aux élevages industriels de porcs et de volailles, les émissions peuvent, localement, être élevées. La souplesse des inspecteurs des installations classées et le laxisme des arrêtés préfectoraux, en la matière, sont plus que surprenants. Cela fait déjà quelque temps, pourtant, que l’impact environnemental et sanitaire de l’ammoniac est connu.

Environ un quart des émissions agricoles d’ammoniac provient des cultures, principalement en raison des engrais minéraux, et en particulier l’apport d’urée. C’est en période de fertilisation maximale (organique ou minérale) des cultures que les émissions et les particules fines liées à l’ammoniac sont les plus élevées. En ce moment – nous sommes en mars – les seuils d’alerte pour les particules fines sont dépassés dans différentes régions de France.

À quoi et à qui sert cette complaisance envers une pollution agricole aussi préjudiciable ? C’est, une fois de plus, l’idéologie de la compétitivité sur les marchés mondiaux qui prend en otage des producteurs de bonne volonté. Nos filières animales endoctrinées dans la mouvance FNSEA veulent concentrer, restructurer et augmenter leurs productions, et elles veulent exporter. Dans ce cadre, la Commission européenne doit leur servir des débouchés sur un plateau, et le contribuable doit financer et cajoler leurs fantasmes de « performance », qui pourtant ont conduit beaucoup de producteurs droit dans le mur.

La politique agricole est comme un disque rayé qui répète toujours la même incantation, alors que les questions qui doivent trouver des réponses courageuses sont celles-ci : comment empêcher la grande distribution, la restauration collective et d’autres industries agro-alimentaires de nuire ? Comment retrouver les vraies priorités, à savoir : sauvegarder notre avenir commun, et respecter le vivant ? Comment réduire les cheptels en augmentant les emplois ? C’est la manière la plus sûre et la plus saine de maîtriser l’ensemble des impacts environnementaux. C’est cela, le vrai défi. Il suffit de réorienter l’argent qui est distribué bêtement.

vaches vont au pré

[1] Les quantités d’émissions en termes de “PM-équivalences” reposent sur une étude concernant la compensation entre les principaux composants des PM2,5 pour atteindre le même résultat en matière de décès prématurés : http://ec.europa.eu/environment/air/pdf/TSAP-15.pdf