«

Méga-porcherie à Plovan (Finistère): travaux suspendus

La contestation (par CAFUB) d’un bâtiment où 3000 porcs s’entasseraient sur 3000 m² de caillebotis est enfin reconnue par la justice. Que cette magnifique région du littoral réconcilie agriculteurs et société en produisant MOINS et MIEUX !

Le rouleau compresseur de la République porcine

Malgré l’opposition de milliers de personnes (4000 signatures) et l’appui de toutes les organisations environnementales (Eau et Rivières en particulier, Alerte à l’ouest…), le rouleau compresseur de l’agriculture productiviste, avec l’accord des services de l’Etat, a été une fois de plus en action.

Pourtant, lors d’une première enquête publique pour l’extension de la porcherie de Kerviel à Plovan dans le Finistère, Mme Lefebvre commissaire enquêteur avait dit NON à cette extension d’élevage sur caillebotis intégral : l’eau, l’air, la lumière solaire, la place sont rationnés drastiquement, ce type de production ne correspond plus à la demande actuelle. C’était en juin 2016.

Une nouvelle enquête publique pour le même projet a eu lieu au printemps 2017 ! Surprise ? La conclusion est favorable, malgré une opposition croissante. Le Préfet l’autorise en juillet 2017. Les recours sont déposés. Il faut patienter…

Cyberaction jusqu’au 12 janvier 2019

Source : CAFUB (Collectif pour une Alternative aux Fermes Usines en pays Bigouden): collectif créé pour lutter contre les méga-élevages, dont la porcherie de Kerviel, « Sarl De La Vallée » en Plovan, Baie d’Audierne. Porcherie sur une zone fragilisée, bassin versant d’étangs littoraux accueillant notamment des oiseaux migrateurs.

Plovan porcherie

Une victoire juridique !

Le 19 novembre 2018,  CAFUB (Collectif pour une Alternative aux Fermes Usines en pays Bigouden) a le plaisir de communiquer :

       C’est avec beaucoup de satisfaction que nous avons appris que le tribunal administratif de Rennes vient de suspendre les travaux  » jusqu’à ce qu’il soit statué au fond sur la légalité (du permis de construire) « . La commune de Plovan est condamnée aux dépens (participation modique aux frais de justice).
      Ainsi notre action à contester ce bâtiment où  » 3000 porcs s’entasseront sur 3000 m²  » est enfin reconnu par la justice.
       Nous faisons remarquer que cette décision n’a pas été prise par le ministre de l’écologie, pourtant près de 4000 signataires lui ont écrit… Mr de Rugy nous ignore tout simplement. Il en est de même des services de l’Etat (ARS, DDPP…) et du Préfet qui n’ont pas daigné répondre à notre plainte collective contre cette ferme usine.
         Le Tribunal administratif  » mande et ordonne au préfet du Finistère en ce qui le concerne ou à tous huissiers de justice … de pourvoir à l’exécution de la présente décision  » : suspension des travaux avant qu’il soit statué au fond sur la légalité du permis de construire.
         Madame Françoise  Marzin, riveraine qui a engagée cette action en justice, souligne que « le droit s’est imposé et c’est ce qui compte, car mon action est pour le bien de tous, loin de toute querelle de voisinage. Il est regrettable que des citoyens doivent prendre le chemin judiciaire pour faire prévaloir leur droit ».  
        En produisant moins et mieux, Plovan doit réconcilier ses agriculteurs avec ses riverains et résidents tout en restant attractive pour les visiteurs, surfeurs, randonneurs ou tout amoureux des plages et des chemins. Elle peut devenir une commune pilote en la matière. 
      En conclusion, rien n’est encore gagné, mais c’est en bonne voie, si nous maintenons, avec ténacité, notre vision d’une agriculture respectueuse des animaux, des humains et de l’environnement.
      Les riverains – et ceux qui les soutiennent – espèrent maintenant que les autorités compétentes annuleront définitivement le permis contesté.