↑ Retour à Bien-être animal

Poules pondeuses

Production d’œufs : une filière en transition, malgré elle

Les oeufs bénéficient d’un étiquetage clair quant au système d’élevage, obligatoire au niveau européen. Grâce à cet étiquetage il a été démontré que le consommateur prend effectivement en compte les conditions d’élevage et le bien-être animal, lors de ses choix d’achat. Les industriels de l’œuf n’avaient pas voulu y croire. Leur doctrine a toujours été que le consommateur ne regarde, in fine, que le prix (sauf quand l’industrie arrive à lui fourguer des produits transformés…). Ils avaient traité avec pas mal de mépris les ONG qui demandaient l’arrêt des cages. Contre tout bon sens, lors de l’arrivée de la directive européenne pour la protection des poules en 1999, ils ont lourdement investi dans des cages dites aménagées, ceci avec des subventions considérables. En effet, l’Etat s’était montré aveugle au point de financer des cages-batteries. Aujourd’hui – et c’était parfaitement prévisible ! – les distributeurs veulent sortir les œufs de cage des rayons. Pleurs et lamentations du côté des producteurs. Et l’Etat, en la personne d’Emmanuel Macron, promet de les aider à changer de système…

Erreurs et gâchis se répètent

… et ce serait merveilleux, si demain toutes les poules de France pouvaient se balader au pré et sous les arbres, rentrer le soir dans des poulaillers confortables et pondre le matin dans des nids douillets… Mais la logique d’entreprise industrielle résiste. Elle veut d’immenses poulaillers automatisés. Avec un minimum de salariés ! Et voilà qu’on cherche les failles dans la règlementation, pour s’engouffrer dans la brèche…

Plein-air-de-façade. Un dossier emblématique

__________________________________

 

Il existe en Europe divers « labels bien-être animal ». Vous trouvez ici un tableau comparatif de 7 labels bien-être concernant les poules pondeuses. Il date de 2012, mais sans être à jour, il reste riche en informations.

Quelques enjeux sont présentés dans la mini-plaquette d’Alsace Nature que voici.